EXPAIRs Journée d’étude 2022

L’expérience de vie fait-elle compétence ?

Entraide, soutien et accompagnement par les pairs

Journée d’étude en ligne, 21 janvier 2022

Site web EXPAIRs 2022 : https://expairscompeten.sciencesconf.org/

Aujourd’hui nombreux sont ceux convaincus d’un lien de causalité directe entre expérience de vie et compétence à soutenir ou à accompagner ses pairs. De l’expérience découlerait savoirs et compétences. Pourtant rien n’est prouvé en la matière, pas plus que l’inverse. Force est de constater qu’une grande variété d’effets est produite par les personnes se déclarant « pairs ». Par leur accompagnement, certains permettent à d’autres de reprendre pied dans leur vie ; tandis que d’autres vident le groupe de soutien par leur seule présence.

Qu’est-ce qui permet de savoir-agir de façon pertinente et utile vis-à-vis de ses pairs ? L’expérience de vie est-elle suffisante en elle-même pour faire advenir les compétences ou pas ? Les enquêtes réalisées ont permis d’observer que certaines personnes ayant traversé des épreuves de vie majeures sont particulièrement compétentes à soutenir ou accompagner leurs pairs. Il est possible d’être compétent sans être un professionnel, ni même un bénévole. D’autres personnes ont pu déployer leurs compétences à soutenir ou accompagner leurs pairs grâce à une formation qui leur a notamment permis de faire fructifier leur expérience de vie. Il arrive aussi, peu fréquemment, que des personnes formées et diplômées ne soient pas compétentes en matière de soutien ou d’accompagnement de leurs pairs.

Autrement-dit il n’y a pas de lien de causalité directe entre expérience de vie et compétence à accompagner ou soutenir ses pairs, mais l’expérience de vie est incontournable pour établir une relation de pair à pair. Deux questions se posent donc :

  • En quoi l’expérience de vie contribue-t-elle à forger une compétence de soutien ou d’accompagnement de ses pairs ?
  • L’expérience de vie n’étant pas suffisante, quelles autres qualités, savoir-agir ou savoir-être sont nécessaires pour accompagner ses pairs ?

L’institutionnalisation progressive des pratiques d’accompagnement par les pairs et de leur périmètre d’action ne résout pas en pratique cette question du lien entre expérience de vie et compétence. L’institutionnalisation par l’action publique en France se révèle en effet plurielle. De nombreux cas de figure se déploient, sans que cette question du lien entre compétence à accompagner ses pairs et expérience de vie soit véritablement investiguée, comprise, ou encore prouvée scientifiquement. Certains secteurs et certaines institutions privilégient franchement l’expérience de vie, tandis que d’autres favorisent davantage une brève formation, et d’autres encore la diplomation universitaire consécutive à une formation et à un stage pratique.

Par exemple, depuis 2017, le déploiement du Logement d’Abord [1] promeut le recrutement d’un pair-aidant dans chaque équipe d’intervention. Pour le dispositif Un chez soi d’Abord, les conditions imposées par un décret de 2016 sont l’expérience d’usager en santé mentale et une certification à minima d’un niveau III, autrement-dit d’un Bac + 2, et, à défaut, d’une validation des acquis de l’expérience (VAE) dans les 5 années qui suivent la prise de poste. Cette seconde option de la VAE est couramment retenue et amène donc à recruter essentiellement sur l’expérience de vie.

Suite aux travaux d’un groupe partenarial coordonné par le Comité Interministériel du Handicap (CIH) au cours de la période 2019-20, une formation d’intervenant pair se développe aujourd’hui sur le territoire national. D’une durée de 4 à 5 jours, s’adressant pour l’instant à des personnes en situation de handicap, cette formation vise à discerner et à consolider les savoirs expérientiels acquis, s’approprier un socle de connaissances sur l’organisation politique et administrative du champ, et intérioriser les modalités de l’intervention pair. La priorité est dans ce cas de figure donnée à une formation de très courte durée en complément de l’expérience de vie.

La mise en œuvre de la licence professionnelle parcours Médiateur de Santé-Pair (MSP) [2] et du DU Pair-Aidant [3] marquent le choix ferme de certains acteurs du champ de la santé mentale de qualifier à travers une formation de plusieurs semaines et d’un stage pratique. La sélection à l’entrée dans ses formations est importante du fait du peu de places pour un grand nombre de candidats. En outre, un réel travail théorique, pratique et de construction d’une posture professionnelle est attendu. Cette option est clairement celle d’une professionnalisation, bien au-delà de la seule expérience de vie.

Enfin, signalons le cas de l’AQRP [4] au Québec qui développe depuis 2006 une formation en direction des pairs et concomitamment une formation en direction des employeurs et des équipes en santé mentale. La formation des pairs prévoit deux semaines sur site et un stage de 42h. Avant même la sélection, la personne doit remplir un certain nombre de critère au nombre desquels : avoir vécu ou vivre avec un problème de santé mentale, être prête à dévoiler son expérience de vie en lien avec son trouble mental et son rétablissement, être ancré dans son rétablissement depuis au moins deux années, détenir une habileté en relation d’aide, avoir une expérience de travail ou d’engagement pertinente, posséder un bon français parlé et écrit, posséder un diplôme d’études secondaires ou son équivalent. Dans ce dernier cas de figure, si la formation et le stage sont courts, la pré-sélection et la sélection sont plus exigeantes que ce n’est l’usage en France. Par ailleurs, la personne et son employeur sont accompagnés après la prise de poste. L’expérience de vie est un critère important, mais reste un critère parmi d’autres.

Si la compétence est la connaissance approfondie et reconnue d’un domaine, qui confère à l’individu détenteur le droit de juger ou de décider en certaines matières, alors la compétence est toujours limitée et circonscrite. Les dispositions et aptitudes acquises au cours de l’expérience ne relèvent pas de l’omniscience. Si les personnes sont détentrices de savoirs expérientiels, en quels domaines sont-elles compétentes puisque chacun est communément détenteur de savoirs expérientiels ? Certaines compétences sont-elles transversales à différentes types d’expérience? L’expérience d’accompagner ses pairs permet-elle la production de savoirs et de compétences ? À quelles conditions l’expérience d’accompagner ses pairs au sein d’une équipe pluriprofessionnelle permet-elle le développement de relations de pair-à-pair(s) ?

Cette journée n’a pas vocation à évaluer ou à juger les critères de recrutement, ou les choix faits par les secteurs, les institutions ou encore les employeurs. Cet évènement scientifique vise à comprendre, à produire de la connaissance, à éclairer le lien entre expérience de vie et compétence à soutenir ou accompagner ses pairs.

Pour s’inscrire : https://expairscompeten.sciencesconf.org/


[1] Action publique portée par la DIHAL

[2] Licence 3 Sciences sanitaires et sociales, parcours Médiateurs de Santé-Pairs, université Sorbonne Paris Nord

[3] Diplôme d’Université Pair-Aidance en santé mentale, université Lyon 1

[4] AQRP : Association Québécoise pour la Réhabilitation Psychosociale

EXPAIRs Journée d’étude 2021

Que peuvent apporter les patients aux professionnels et à leurs pairs ?

Conférence en ligne, 28 janvier 2021

Le patient est souvent considéré comme un consommateur de soin, mais il n’est pas uniquement cela, pas plus qu’il n’est un simple malade pris en charge. Le patient est un acteur essentiel du soin. Depuis les années 2000 en France, les orientations des politiques publiques (Loi 2002, loi HPST, Loi Santé), les activités de divers acteurs institutionnels (dont la HAS), professionnels engagés ou associations de patients valorisent et facilitent l’engagement des patients.

Dans le cadre de l’appel à une démocratie sanitaire, la loi du 4 mars 2002 a instauré de nouveaux rôles et responsabilités du patient. Cette loi impulse une double implication du patient. A un niveau individuel, chaque patient a le droit à une information complète et de qualité sur son état de santé, afin de pouvoir exercer de façon éclairée son droit à consentir ou au contraire à rejeter un examen médical ou encore un traitement. Au niveau collectif, la loi 2002 a créé le statut de représentant des usagers. Ce dernier est membre d’une association agréée de patients et est mandaté dans ce cadre pour porter une perspective transverse élaborée collectivement entre patients dans diverses instances du secteur sanitaire ou des territoires. Le représentant des usagers peut aussi exercer des fonctions d’observation, de recueil d’information sur les pratiques et le fonctionnement, de médiation, contribuer à la définition des politiques de santé, prévenir les évènements indésirables ou encore lutter pour l’effectivité des droits des patients.

L’empan d’action légiféré pour les patients au sein du système de santé est donc vaste. Les instances de consultation, information, co-construction, se multiplient : Commission des Usagers (CDU), Conseil de surveillance (CS), Commission médicale d’établissement (CME), Comité technique d’établissement (CTE), Comité de développement durable, Comité d’éthique, Comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN), Comité du médicament et dispositifs médicaux (CMDMS), mais aussi Conseil locaux de santé (CLS), Conseils Locaux de santé mentale (CLSM), Maison des usagers, Conférence Régionale de Santé et de l’Autonomie (CRSA), Ateliers Santé Ville, Contrats Territoriaux de Santé, Projet Régional de santé, Projet Territorial de Santé Mentale, etc. Cette liste est loin d’être exhaustive.

En outre, d’autres types d’engagements des patients se développent : le « patient-expert » participe à l’Education Thérapeutique du Patient (loi HPST), le « patient ressources » soutient divers dispositifs par ses contributions et facilite leur constitution et leur mise en œuvre, le « patient partenaire » s’implique là où des professionnels ou des institutions le sollicitent, le « pair-aidant » ou le « médiateur de santé pair » soutient d’autres personnes traversant des épreuves de santé mentale et partage ses savoirs expérientiels, le « patient-enseignant » ou le « patient formateur » participe à dispenser des contenus dans les universités de médecine, les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), les formations paramédicales, etc. Sans compter le récent développement de la participation aux soins dans un cadre collectif au sein des établissements et services de médecine physique et de réadaptation, à l’initiative des soignants, et faisant la part belle au soutien informel entre patients.

La participation des patients au système de santé n’est donc pas une tendance marginale mais un vrai courant de fond (Bousquet, Ghadi, 2017 ; Routelous, 2008). Ma santé 2022, les nouvelles modalités de certification des établissements de santé, les recommandations de la HAS sur l’engagement des usagers dans les secteurs d’activité de la santé, du social et du médico-social modifieront probablement en profondeur le système de soins français.

Cette journée d’étude a pour ambition de comprendre par l’analyse de situations concrètes quels sont les enjeux de ces nouvelles pratiques, leurs impacts, leurs avantages et désavantages. Cette journée se centrera particulièrement, mais pas exclusivement, sur les activités formelles ou informelles des patients vis-à-vis d’autres patients dans le cadre du soin et de la gestion de la vie quotidienne avec la maladie.

Téléchargement à disposition
  1. Affiche de la journée d’étude 2021
  2. Lien vers le site web de la journée d’étude 2021
  3. Lien vers les vidéos de la journée d’étude 2021
  4. Les liens vers les vidéos de la journée d’étude en détail
Table ronde : Echanges informels entre patients et apprentissages
Sabine Lionnard-Rety Le soutien entre pairs : un moyen utile aux professionnels
Julien Cazal A propos des usages par les patients de l’activité physique en réadaptation cardiaque
Table ronde : Les contributions des patients aux pratiques de soin
Paul-Fabien Groud et Anne Marsick ADEPA : multiplicité des pratiques et enjeux pour les pairs amputés et les professionnels
Jean-Luc Blaise Patient-expert dans le cadre d’un dispositif d’Education Thérapeutique et Coordinateur d’un club Coeur Santé
Table ronde : Les savoirs expérientiels des patients et leurs effets
Dominique Gutiez Ce que j’ai appris au contact de mes pairs
Eve Gardien Les savoirs expérientiels des patients : de quoi cela est-il le nom ?